Vasectomie : de quoi s'agit-il et quelle est son efficacité ?

De plus en plus de couples recherchent une alternative à la contraception féminine ou aux préservatifs, de sorte que la vasectomie est devenue un motif de consultation fréquent. C’est l’intervention urologique la plus fréquente en France, on estime qu’environ 100 000 hommes subissent cette opération chaque année. L’âge des patients qui subissent cette intervention est variable, allant généralement de 25 à 50 ans. Il n’y a donc pas de limite d’âge pour pratiquer cette intervention une fois l’âge de la majorité atteint.

Parmi les patients qui ont consulté au cours des dix dernières années pour une vasectomie, seuls 0,08% ont décidé de ne pas se faire opérer, soit un pourcentage très faible. La raison semble être que lorsqu’un homme se présente à la consultation, il a déjà été informé de cette technique par différents canaux (notamment Internet et/ou des connaissances qui l’ont fait) et a mûri sa décision. Selon une étude réalisée par la Fondation Puigvert, l’âge moyen des hommes qui ont demandé cette technique contraceptive était de 42 ans, allant de 27 à 59 ans.

La vasectomie, c’est quoi ?

La vasectomie consiste à sectionner les canaux déférents, des structures tubulaires qui ont pour fonction de transporter les spermatozoïdes de l’épididyme aux canaux éjaculatoires. De cette façon, nous empêchons l’évacuation des spermatozoïdes avec le liquide séminal pendant l’éjaculation. Dans cette méthode de contraception masculine de type barrière, par une simple procédure chirurgicale, la sortie des spermatozoïdes du testicule est interrompue par la coupe, le ligotage et la cautérisation des canaux déférents.

Deux techniques pour un même objectif

Bbien qu’il y ait généralement de petites différences dans la façon dont les professionnels pratiquent la vasectomie, la différence fondamentale réside essentiellement dans le fait que certains utilisent une seule incision dans la peau et d’autres deux (une de chaque côté du scrotum).

Ci-dessous, le membre de l’EUA explique en détail les deux types de techniques de vasectomie disponibles :

  1. La technique traditionnelle consiste en une double incision, une sur chaque hémi-scrotum, qui permet de localiser les canaux déférents de chaque côté pour les ligaturer et les sectionner. Une fois coupée, des techniques supplémentaires peuvent être réalisées, comme la cautérisation de la lumière du conduit et l’interposition de tissu entre les deux extrémités restantes pour minimiser le risque de recanalisation, c’est-à-dire le rattachement spontané des deux extrémités. Enfin, nous vérifions qu’il n’y a pas de saignement et nous plaçons quelques points de suture dans la peau pour fermer l’incision.
  2. Il existe d’autres façons de réaliser cette procédure : une seule incision verticale dans la ligne médiane du scrotum ou la technique “sans scalpel, sans aiguille”, dans laquelle les deux canaux sont retirés à l’aide d’une pince fine qui les extériorise, sans qu’il soit nécessaire de pratiquer une incision dans la peau. Le reste de la procédure est similaire à la technique traditionnelle. Ces techniques doivent être réalisées par des urologues experts et présenter un meilleur résultat esthétique et un taux de complication plus faible, ainsi que moins de douleur et une récupération beaucoup plus rapide.

Pour toutes les techniques de vasectomie, la durée de l’intervention est courte ; s’il n’y a pas d’incidents, elle peut être effectuée en moins d’une demi-heure.

Quelle est l’efficacité d’une vasectomie ?

La vasectomie est une technique très efficace, avec un taux de recanalisation (union spontanée des extrémités des canaux sectionnés qui permet à nouveau l’écoulement des spermatozoïdes) de moins de 1%.

C’est une méthode contraceptive avec un pourcentage d’efficacité très élevé. Dans environ 0,39% des cas, des spermatozoïdes mobiles pourraient apparaître dans le séminogramme de contrôle de trois mois ; cela serait lié à un échec de la technique et il faudrait procéder à une révision. Cela serait lié à un échec de la technique et une révision devrait être faite. C’est là que réside l’importance de faire le séminogramme de contrôle après la vasectomie.

Combien de temps faut-il pour qu’elle soit efficace ?

En d’autres termes, combien de temps après l’opération devez-vous utiliser une autre méthode de contraception pendant les rapports sexuels ? “C’est quelque chose de très important à considérer. Le temps nécessaire pour atteindre l’azoospermie (absence de spermatozoïdes dans le liquide séminal) peut varier entre 10 et 350 jours après l’opération, la moyenne étant d’environ 80 jours. En pratique clinique normale, un séminogramme de contrôle est effectué trois mois après l’opération pour analyser si l’azoospermie a été atteinte. En attendant, il est essentiel d’utiliser d’autres méthodes contraceptives car on ne peut pas garantir qu’aucun spermatozoïde viable ne sera laissé en place tant que le résultat du séminogramme n’aura pas été obtenu”, répond le membre de l’EUA.

Généralement, on attend entre deux et trois mois pour vérifier l’efficacité de la vasectomie car nous estimons que c’est le temps nécessaire au patient pour effectuer environ 30 éjaculations. Pendant cette période, il est recommandé de continuer à utiliser la méthode contraceptive habituellement utilisée car il existe un risque de grossesse. Après cette période, un séminogramme sera effectué pour s’assurer qu’il n’y a pas de risque de grossesse. Après le séminogramme, la patiente peut cesser d’utiliser la méthode contraceptive.

La vasectomie est-elle réversible ?

Oui, les experts indiquent que la vasectomie est réversible par des techniques chirurgicales qui permettent de réunir les deux extrémités du canal déférent (vasovasostomie) ou le canal déférent à l’épididyme (vasoépididymostomie). Le principal facteur déterminant le succès de cette opération est le temps écoulé depuis que la vasectomie a été effectuée. Son efficacité pour restaurer la fertilité peut aller de plus de 90 % lorsqu’elle est réalisée dans les trois ans suivant la vasectomie à 30 % si 15 ans se sont écoulés depuis la vasectomie.

Est-ce douloureux ? Est-il pratiqué sous anesthésie générale ou locale ? Le séjour est-il ambulatoire ?

Compte tenu de la simplicité et de la rapidité de l’intervention, il s’agit généralement d’une chirurgie ambulatoire, de sorte que le patient rentre chez lui après l’intervention. L’anesthésie utilisée est généralement locale, anesthésiant la peau du scrotum et le cordon spermatique. Ainsi, le patient n’a pas à ressentir de douleur pendant l’intervention, même s’il est vrai que la ponction pour placer l’anesthésie est inévitable. Quelques secondes après l’infiltration de l’anesthésique local, vous ne ressentirez aucune gêne, affirment les experts consultés.

L’anesthésie utilisée dans presque tous les cas soit locale, il y a un très faible pourcentage d’hommes qui demandent une anesthésie générale ou une anesthésie locale plus une sédation par administration de médicaments par voie intraveineuse.

En ce qui concerne l’anesthésie locale, le chef du cabinet pour les soins complets de santé sexuelle et reproductive de la Fondation Puigvert déclare que “certains appliquent l’anesthésie locale au moyen d’un injecteur d’anesthésie sous pression qui permet son administration sans avoir besoin d’aiguille.

Quels sont les soins postopératoires dont vous avez besoin ?

Le rétablissement des patients est très rapide, soulignent les experts masculins de la santé sexuelle. Étant une procédure ambulatoire, les patients peuvent reprendre leur vie normale après l’opération. Le plus souvent, on observe une douleur légère à modérée dans la région testiculaire, qui s’atténue généralement avec des analgésiques oraux. Il est conseillé d’éviter les efforts physiques intenses et de porter du poids dans les 24 heures suivant l’opération pour éviter les saignements. Logiquement, les sports de contact dans lesquels il y a une possibilité de subir un coup sur la zone génitale devraient être évités pendant environ deux semaines.

Quant aux plaies chirurgicales, pour éviter l’infection, il suffit d’avoir une bonne hygiène de la zone pendant la douche avec beaucoup d’eau et de savon, en les gardant propres et sèches et en évitant de les couvrir avec de la gaze ou des pansements. Si des points de suture ont été placés, ils sont généralement faits d’un matériau résorbable et se retirent d’eux-mêmes trois à quatre semaines après la vasectomie.

Moreno ajoute que, généralement, un repos relatif est conseillé pendant les 48 heures suivant l’opération. En outre, il est nécessaire de toujours avoir de la glace prête à appliquer un froid local au niveau des testicules pendant ces deux premiers jours. Pendant ces premières heures, il est important que le patient ne fasse aucun effort ou activité physique, et surtout qu’il évite de faire du vélo. En ce qui concerne les soins postopératoires, le spécialiste en andrologie recommande l’utilisation d’un suspensoir scrotal. Les relations sexuelles doivent être évitées entre 10 et 15 jours après l’opération.

Les patients vasectomisés peuvent-ils souffrir de complications ?

Aucun type d’intervention chirurgicale n’est exempt de complications, aussi simple soit-elle. Cela dit, le taux de complications est faible (moins de 5%) et elles sont généralement bénignes, les causes les plus fréquentes étant l’hématome et l’infection de la plaie chirurgicale ou du testicule et/ou de l’épididyme (orchidymite). À long terme, il est à noter que les douleurs testiculaires chroniques peuvent survenir chez moins de 1 % des patients. Il est important que le patient soit conscient des complications possibles découlant de l’intervention et qu’il résolve ses doutes avec son urologue.

Exceptionnellement, une réépissage des canaux déférents peut se produire naturellement ou par échec chirurgical. Dans ce cas, le problème sera détecté lors de la première analyse du sperme.

Quels sont les mythes qui entourent la vasectomie ?

Les mythes entourant la vasectomie sont principalement liés à la sphère sexuelle.

Il y a beaucoup de patients qui, lorsqu’ils viennent à la clinique, demandent s’ils auront des problèmes d’érection après l’opération La vasectomie ne fait qu’interrompre le chemin que les spermatozoïdes doivent emprunter pour être expulsés. Ce n’est pas une castration, donc le testicule continuera à remplir sa fonction endocrinienne normale.

Il n’existe aucun type de relation entre la vasectomie et la dysfonction érectile ou le déficit de libido. Après la vasectomie, le patient continuera à avoir la même libido qu’avant.

Le mythe le plus répandu est peut-être qu’après une vasectomie, il n’y a pas d’éjaculation. Ce n’est pas vrai, le volume de liquide séminal généré est similaire à celui d’avant la vasectomie, mais sans la charge de spermatozoïdes.